Ylenia Lenhard: cérémonie funèbre

Publié le par Jacqueline de Croÿ


zondercomment.6086APPENZELL | 16h11 - La cérémonie à la mémoire de la petite Ylenia, enlevée puis tuée le 31 juillet dernier, a eu lieu mercredi après-midi à l'église protestante d'Appenzell. Plusieurs centaines de personnes s'y sont rendues.

Plusieurs centaines de personnes se sont rendues à la cérémonie funèbre.

La cérémonie à la mémoire de la petite Ylenia, enlevée puis tuée le 31 juillet dernier, a eu lieu mercredi après-midi à l'église protestante d'Appenzell. Plusieurs centaines de personnes s'y sont rendues, si bien que le lieu de culte était trop petit pour contenir la foule. Des hauts-parleurs ont retransmis la cérémonie à l'extérieur.
Ylenia n'a pas encore été enterrée, a par ailleurs confirmé le porte-parole de la police d'Appenzell Rhodes-Intérieures. L'urne qui contient ses cendres doit être mise en terre ultérieurement en présence des proches seulement. La police ne veut révéler ni le jour ni l'heure de l'enterrement.

ATS/RÉD. | 26 Septembre 2007 | 16h11
http://www.tdg.ch/pages/home/tribune_de_geneve/l_actu/suisse/detail_suisse/(contenu)/137144


MoederHuis.le_silence_enveloppe_la_maison_d_ylenia_lmo_article_230APPENZELL - DERNIÈRE CÉRÉMONIE
Le silence enveloppe la maison d'Ylenia - Cérémonie d'adieu

Charlotte Lenhard, la maman d'Ylenia, vit dans un quartier résidentiel tranquille entre Appenzell et Steinegg avec sa compagne et la demi-soeur et le demi-frère de la petite fille disparue.

A l'entrée d'un immeuble posé dans la verdure, le nom d'Ylenia est toujours accolé à celui de sa maman, en majuscule sur la sonnette et en minuscule sur la boîte aux lettres.
Pendant la cérémonie, aucun bruit n'émane de cette maison de quatre appartements. Dans la rue assombrie par un ciel bas, les seuls éclats de voix proviennent de deux chantiers. Dans la maison d'en face, alors que leur maman s'est absentée brièvement en voiture, deux enfants de l'âge d'Ylenia pointent leur nez à la porte du garage.. Mais ils ne répondent pas au salut qui leur est adressé. La méfiance qui se lit dans leurs yeux témoigne des consignes parentales: ne pas parler à un inconnu.

Le gazon est fraîchement coupé dans ce quartier résidentiel situé entre Appenzell et Steinegg (AI). Derrière la maison endeuillée, le bac à sable, situé à côté d'une balançoire, est protégé de la pluie par des planches. L'immeuble est un paradis pour les enfants et des jouets traînent sous un balcon. Des souliers de petites pointures s'entassent au premier étage, où habitent Alessia et Nicola, la demi-soeur et le demi-frère d'Ylenia. C'est là que vit Charlotte Lenhard (43 ans). Avant de dire adieu à sa fille, cette infirmière en pédiatrie, soutenue par toute une région, a trouvé un réconfort particulier auprès de sa compagne, mais aussi de son frère Philipp, avec qui elle projette la création d'une fondation en faveur des enfants dans le besoin.

«Cette messe m'a soulagée»
«Assister à la cérémonie était pour moi une évidence», confie Ushy Manser-Hofer (54 ans), après avoir déposé un arrangement floral sur une nappe blanche. Cette représentante de Haag (SG) a annoncé son absence à son employeur, puis elle s'est rendue à Appenzell en passant par Brülisau (AI) pour emmener son ex-beau-frère, Franz Manser (72 ans), désireux, lui aussi, de «prendre congé de ce rayon de soleil». Les yeux rougis, Ushy raconte ses nuits d'insomnie: «Je dormais mal, hantée par la souffrance endurée par la petite. Cette messe m'a soulagée: Ylenia a trouvé sa place.» Pour le bourreau de la fillette, «je n'ai que de la haine», précise Ushy Manser-Hofer. Sa pensée va à la maman: «C'était une bonne mère. Ylenia voulait devenir infirmière comme elle pour travailler sous le même toit.»

-------------

Huit semaines d'angoisse avant de retrouver le corps

- Mardi 31 juillet Vers 10 h du matin, disparition d'Ylenia Lenhard, 5 ans et demi, après qu'elle ait quitté la piscine du village d'Appenzell. L'après-midi, dans les bois d'Oberbüren (SG), à 30 km d'Appenzell, un forcené tente d'abattre un promeneur, mais ce dernier s'enfuit. Le soir, une camionnette abandonnée, aux plaques espagnoles, est signalée dans la forêt de Billwiler, sur la commune d'Oberbüren. Le véhicule avait été repéré deux jours auparavant près de la piscine d'Appenzell.
- Mercredi 1er août Le corps d'Urs Hans von Aesch, un Suisse de 67 ans vivant en Espagne, est découvert près de sa camionnette, une balle dans la tête. Il s'est suicidé. Le casque et le sac à dos contenant les habits de la fillette sont retrouvés devant une croix à Oberbüren. Le blessé reconnaît son agresseur en la personne de von Aesch.
- Jeudi 2 août La trottinette d'Ylenia est retrouvée près du lieu du suicide.
- Samedi-dimanche 3-4 août Quatre-vingts policiers et pompiers, des maîtres-chiens, des plongeurs et un hélicoptère sont engagés pour chercher Ylenia.
- Vendredi 10 août Perquisition de la maison d'Urs Hans von Aesch en Espagne.
- Vendredi 24 août Une analyse ADN atteste qu'Ylenia a été transportée dans la camionnette de von Aesch.
- Mardi 28 août Vingt policiers et 50 soldats passent au peigne fin la forêt entre Bischofszell (TG) et Niederbüren (SG).
- Mercredi 29 août Une récompense de 21 000 francs est promise à toute personne susceptible de faire progresser l'enquête.
- Jeudi 30 août Un avis de recherche est lancé sur les TV allemande et autrichienne.
- Samedi 15 septembre Découverte du corps d'Ylenia, dans la forêt de Hartmann, entre Oberbüren et Niederwil (SG), par un particulier, à 120 m de l'endroit où les affaires de la fillette se trouvaient.
- Mercredi 26 septembre Cérémonie funéraire à la mémoire d'Ylenia dans le temple protestant d'Appenzell.

Victor Fingal et Vincent Donzé - 26/09/2007 Le Matin
http://www.lematin.ch/pages/home/actu/suisse/actu_suisse__1?contenu=303341
Foto: Laurent Crottet - C'est au premier étage de l'immeuble de quatre appartements que vivait Ylenia avec sa mère, Charlotte, sa demi-soeur et son demi-frère

Publié dans Français

Commenter cet article