Copii Disparuti et Jurnalul: un exemple pour Child Focus et la presse internationale

Publié le par Jacqueline de Croÿ

Copii Disparuti et Jurnalul: un exemple pour Child Focus et la presse internationale

Copii Disparuti and Jurnalul : an example for Child Focus and the international press

Jurnalul National

On découvre avec stupéfaction  l’extraordinaire avance de la Roumanie dans le domaine de la recherche d’enfants disparus, largement dû à la presse roumaine, le cas échéant, le "Jurnalul National".

La police mettait jusqu’à 48 heures avant d’entamer la recherche d’une enfant disparu alors que toutes les études démontrent que ces premières 48 heures sont souvent vitales à l'enfant. Les journalistes ont ouvert un site, Copii Disparuti, de qualité bien supérieure à tout ce qui se fait actuellement en matière d'enfants disparus. Outre la photo et la description des victimes, chacune sont accompagnée des articles publiés au sujet de leur disparition, ce qui rend à chaque tragédie sa dimension.

Child Focus dans  son site http://www.childfocus.org assure qu'il y aurait  ZERO enfant Roumain disparu.  Les journalistes du Jurnalul en ont trouvé cent soixante-sept, dont vingt et un morts. Anghel Sibiean, né à Arad, a disparu à Bruxelles le 17 mars 1996 à l'âge de six ans. Comme pour faire honte à la Belgique,  Child Focus et la police fédérale ne sont même pas parvenu à trouver une photo de lui, alors que tous les ans, les écoles belges font des photos de classe.

En deux ans et sans "subside de la CEE", les journalistes du Jurnalul ont réussi à mettre en place un programme semblable à "Alerte Ambre" en Roumanie, alors qu'il a fallu sept ans aux initiateurs du projet pour le mettre en place au Canada. Ils ont fait une campagne et récolté suffisamment de signatures pour faire pression sur le gouvernement roumain, afin de changer les lois et déclancher les enquêtes immédiatement. Ils sont si bien parvenus à sensibiliser leurs lecteurs, qu'ils ont obtenu les informations nécessaires à retrouver deux garçons, l’un disparu depuis huit ans, l’autre depuis dix ans. 

Pendant ce temps en Belgique, un "dossier difficile mais exemplaire", selon Child Focus. Une jeune fille de quinze ans avait fugué. La police  avait mis treize jours pour démarrer l’enquête, deux mois pour les recherches étendues et six mois pour la première reconstitution. Au septième mois de disparition, la Fondation Princesse de Croÿ lança une pétition pour la Contribution de la Presse à la Recherche des Enfants Disparus. Les médias belges s’y sont alors vaguement intéressé, mais les français refusaient la demande d'assistance de Jean-Denis Lejeune, disant qu'elle n'était certainement pas en France. La jeune fille revint treize mois plus tard, précisément de la frontière française, à 80 kilomètres de chez ses parents. Elle avait rétréci de cinq centimètres, ses artères s'étant tassées tant elle avait eu froid. Exemplaire!

Child Focus et ses centres nationaux et internationaux d'enfants disparus et sexuellement exploités, peuvent donc prendre exemple sur la Roumanie, mais plutôt que de lui rendre hommage, ils viennent de débarquer à Bucarest avec leurs millions, pour monter un centre "reproduisant Child Focus comme modèle", comme pour voler la vedette à ceux qui la mérite et la donner à son partenaire soupçonné de fraudes aux subsides alloués par la CEE!

Bien qu'ayant obtenu 200.000-euro en 2004 de la CEE pour  compléter, actualiser et promouvoir le Directory of Civil Society Organisations de Childoscope, et pour faire du site web un instrument dynamique et interactif. (Projet 2004-2/029/YC, et 2004-2/026/C), Child Focus n'a toujours pas intégré Copii Disparuti dans sa base!  

One discovers with amazement the extraordinary advance of Romania in the field of the search for missing children, much due to the Rumanian press, in this case to the "Jurnalul National".

 The police used to take up to 48 hours before starting the search of a missing child whereas all the studies show that these first 48 hours are often vital for the child. The journalists opened a website, Copii Disparuti, of much higher quality than all that is currently done as regards as missing children. In addition to the photograph and the description of the victims, each one are accompanied articles published about their disappearance, which gives each tragedy its entire dimension.

Child Focus site http://www.childfocus.org assures there would be ZERO missing Rumanian child. The journalists of Juranlul found a hundred sixty-seven of them, including twenty-one dead. Anghel Sibiean, born in Arad, has disappeared from Brussels on March 17, 1996, when he was six years old. As to draw shame on Belgium, Child Focus and the federal police did not even manage to find a photograph of him, whereas every year, the Belgian schools make photographs of all the classes.

In two years and without "EEC subsidies", the journalists of Jurnalul succeeded in setting up a program similar to "Amber Alert" in Romania, whereas it took seven years for the initiators of the project to set it up in Canada. They made a campaign and collected enough signatures to press on the Rumanian government, in order to change the laws and start the investigations immediately. They managed so well to sensitize their readers, that they obtained the necessary information to find two boys, one missing for eight years, the other for ten years.

Meanwhile in Belgium, a "difficult but exemplary file", according to Child Focus. A fifteen year old girl had runaway. The police took thirteen days to start the investigation, two months for wide research and six months for the first reconstitution. After seventh month of disappearance, the Foundation Princess of Croÿ had launched a petition for the Contribution of the Press to the Research of the Missing Children. The Belgian media were then vaguely interested, but French press refused the request for assistance of Jean-Denis Lejeune, saying she certainly wasn't in France. The girl returned thirteen months later, precisely from behind the French border, 80 kilometres away from her parents. She had shrunk of five centimetres, as her arteries had packed so much she had been cold. Exemplary!

Child Focus and its national and international centres missing and sexually exploited children, can thus take example on Romania, but rather than to pay it tribute, they have just invaded Bucharest with their millions, to build a centre "reproducing Child Focus as a model", as to steal the honours from Copii Disparuti, to give it to its Romanian partner suspected of frauds to the subsidies allocated by the EEC!

Although having obtained 200.000-euro in 2004 from EEC for supplementing, update and promote Directory of Civil Society Organizations of Childoscope, and making a dynamic and interactive instrument from the Website, (project 2004-2/029/YC, and 2004-2/026/C), Child Focus still did not integrate Copii Disparuti in its database! 

 

Publié dans FR - GB - IT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article