Internet: Lutte contre la pédopornographie

Publié le par Jacqueline de Croÿ


INTERNET - LUTTE CONTRE LA PEDOPORNOGRAPHIE - ACCORDS AVEC LES FOURNISSEURS D'ACCES

MargrietjehermansSénat de Belgique

Session 2009-2010

7 décembre 2009

Question écrite n° 4-5617 de Margriet Hermans (Open Vld) au ministre de la Justice

Internet
fournisseur d'accès
pornographie enfantine
pédophilie
délit sexuel 


Question n° 4-5617 du 7 décembre 2009 : (Question posée en néerlandais)

Le « Korps landelijke politiediensten » (KLPD) des Pays-Bas fait bloquer par les fournisseurs d’accès les sites internet présentant de la pédopornographie. Un accord a été conclu à cet effet avec l’UPC. Selon l’UPC, les fournisseurs d’accès reçoivent la liste de l’équipe de projet du KLPD qui lutte contre la pornographie infantile.

L’idée, venue de Norvège, est née à la suite de la collaboration fructueuse entre la police norvégienne et les fournisseurs d’accès locaux. Dans ce pays, on bloque 6 500 images par jour sur des sites de pédopornographie. La liste noire norvégienne compte plus de 3 000 pages internet.

Aux Pays-Bas, des pourparlers sont également en cours avec d’autres fournisseurs d’accès. Le porte-parole de l’UPC a déclaré : « Le système n’est bien entendu pas étanche, mais nous créons une barrière qui rend les choses plus difficiles ».

Selon le fournisseur d’accès, il n’est pas question de s’aventurer sur une pente savonneuse et il s’agit seulement de sites de pédopornographie. Selon le porte-parole, les pages peer-to-peer ou les autres sites sur lesquels de la musique, des fichiers et des films sont échangés n’ont rien à craindre.

En Grande-Bretagne, tous les sites étrangers à contenu semblable sont également bloqués par les fournisseurs d’accès, car en 2006, seuls 20 des 6.000 sites signalés provenaient de Grande-Bretagne. Les services de police transmettent aux fournisseurs d’accès tous les sites signalés.

J’aimerais dès lors obtenir une réponse aux questions suivantes :

1. Combien de personnes ont-elles été arrêtées pour possession de pédopornographie en provenance d’internet en 2004, 2005, 2006 et 2007 ? Quelle est la tendance ?

2. Combien de personnes ont-elles été condamnées pour possession de pédopornographie en provenance d’internet en 2004, 2005, 2006 et 2007 ? Quelle est la tendance ?

3. Comment le ministre réagit-il aux accords conclus aux Pays-Bas entre les « landelijke politiediensten » et les fournisseurs d’accès, visant à bloquer tout simplement ces sites ? Quels en sont les avantages et est-il prêt à conclure de tels accords avec les fournisseurs d’accès en Belgique ?

4. En Grande-Bretagne, les banques ont accès aux noms des pédophiles condamnés afin de contrôler l’usage qu’ils feront de leurs cartes de crédit en ce qui concerne l’acquisition, sur internet, de matériel illégal de ce type. Que pense-t-il d’une telle initiative ? Peut-il expliquer sa réponse ?

5. Faut-il s’attaquer aux sites étrangers et un accord doit-il être conclu avec les fournisseurs d’accès pour que ces sites soient bloqués ? Dans la négative, pourquoi et quelles mesures le ministre juge-t-il opportunes pour bloquer ces sites ?

 

Het Korps landelijke politiediensten (KLPD) in Nederland laat internetproviders internetpagina’s met kinderporno blokkeren. Daarover is een overeenkomst gesloten met UPC. De providers krijgen de lijst met te blokkeren websites van het projectteam voor bestrijding van kinderporno van het KLPD, aldus UPC.

Het idee komt uit Noorwegen tengevolge de succesvolle samenwerking tussen de Noorse politie en de providers aldaar. Daar worden per dag 6 500 hits geblokkeerd op kinderpornosites. Op de Noorse zwarte lijst staan ruim 3 000 internetpagina’s.

Er zijn in Nederland tevens gesprekken met andere providers. “Het systeem is natuurlijk niet waterdicht, maar we werpen wel een drempel op en maken het moeilijker”, stelt de woordvoerder van UPC.

Volgens de provider is er geen sprake van een hellend vlak en gaat het alleen om sites met kinderporno. Zogenaamde peer-to-peer pagina’s of andere sites waarop muziek, bestanden en films uitgewisseld worden hebben niets te vrezen, aldus de zegsman.

In Groot-Brittannië worden eveneens alle buitenlandse sites met dergelijke inhoud geblokkeerd door de providers, daar in 2006 slechts 20 van de 6 000 gerapporteerde sites uit Groot-Brittannië kwamen. De politiediensten geven alle gemelde sites door aan de internet service providers.

Graag had ik hieromtrent dan ook een antwoord gekregen op de volgende vragen:

1. Hoeveel mensen werden er respectievelijk in 2004, 2005, 2006 en 2007 gearresteerd voor het bezit van kinderporno, afkomstig van het internet? Hoe verloopt de tendens?

2. Hoeveel mensen werden er respectievelijk in 2004, 2005, 2006 en 2007 veroordeeld voor het bezit van kinderporno, afkomstig van het internet? Hoe verloopt de tendens?

3. Hoe reageert de geachte minister op de afspraken die in Nederland werden gesloten tussen de landelijke politiediensten en de providers om dergelijke sites gewoonweg te blokkeren? Wat zijn de voordelen en is hij bereid gelijkaardige afspraken te maken met de providers in België?

4. In Groot-Brittannië krijgen de banken toegang tot de namen van de veroordeelde pedofielen om hun toekomstig gebruik van kredietkaarten te screenen wat betreft de aanschaf van dergelijk illegaal materiaal van op het internet. Hoe staat hij ten opzichte van dergelijk initiatief en kan hij dit uitvoerig toelichten?

5. Moeten de buitenlandse sites worden aangepakt en een akkoord met de providers gesloten worden om deze te blokkeren en kan de geachte minister dit toelichten? Zo neen, waarom niet en welke andere maatregelen acht hij aangewezen om dergelijke sites te stoppen?


Parlement belge - pédopornographie - lutte - fournisseur d'accès - Margriet Hermans

Publié dans Français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article